• Coalition NAPAR Coalitie

Les sanctions actuelles contre les discours de haine sont parmi les plus faibles d'Europe.

Communiqué de presse, 24 janvier 2020


Hier, la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé que l'administration fédérale travaille sur un plan d'action interfédéral contre le racisme. Cette annonce fait suite à la multiplication des discours de haine racistes sur les réseaux sociaux après l'annonce du naufrage d'un bateau transportant des migrant.e.s près de La Panne.


La Coalition NAPAR pour un plan interfédéral contre le racisme* se réjouit de cet engagement renouvelé, tout en soulignant l’importance de la mise en œuvre concrète du plan. Un tel plan d'action devrait inclure des mesures et des objectifs tangibles pour diminuer et prévenir les incidents racistes, l'exclusion structurelle des personnes racisées et la prolifération des discours de haine. Pour y parvenir, la collaboration avec les victimes et les act.eur.rice.s concerné.e.s disposant d’une expertise dans ce domaine (société civile et spécialistes) est indispensable, étant donné l’effet insignifiant des mesures actuelles.


De l’ambition au fédéral, les régions et communautés doivent suivre

En signant la Convention de Durban en 2001, la Belgique s'est engagée à élaborer et à mettre en œuvre un plan d'action national contre le racisme, afin de s’attaquer aux violations des droits humains. Nimat Bennacer de la Coalition NAPAR: « 19 ans plus tard, ce plan n’existe toujours pas. Nous accueillons donc cette volonté politique au niveau fédéral avec beaucoup d’enthousiasme et d’ambition. Les régions et les communautés doivent maintenant suivre également ».


En mai 2018, la Coalition NAPAR avait déjà proposé onze actions concrètes à la Chambre des représentants pour lutter contre le racisme de manière ciblée et effective. Les mesures contre les crimes racistes et les discours de haine en ligne doivent indéniablement faire partie de tout plan d'action contre le racisme. Les sanctions actuelles contre les discours de haine sont parmi les plus faibles d'Europe. Pourtant, l'Union européenne estime que les sanctions devraient être adéquates, proportionnées et efficaces. Il est nécessaire que les procureurs adoptent une politique de poursuites plus sévère et plus efficace afin de mieux contrôler l’application des lois anti-discrimination existantes. Aujourd’hui pour de nombreux délinquant.e.s, il n’y a pas de véritables conséquences. L'élimination de l'exclusion structurelle et du racisme profitera non seulement aux victimes mais aussi à la société dans son ensemble.


S’attaquer à toutes les formes de racisme structurel, et non uniquement aux discours de haine

Nimat Bennacer: "Le plan d'action n'atteindra son objectif réel que s’il s’attaque également au racisme structurel sur le marché de l’emploi et du logement, dans les soins de santé, dans l'éducation,… en bref, dans tous les domaines de la société. La coalition NAPAR est déjà un interlocuteur privilégié auprès de nombreux décideurs politiques au niveau régional, national et international et est prête à continuer à s’impliquer dans le développement et la mise en œuvre du plan annoncé.”


Personne de contact : Kathleen Van Den Daele – 0491 56 70 68


* Les membres de la Coalition NAPAR pour un plan interfédéral contre le racisme peuvent être trouvés sur ce lien.

45 vues

Nous contacter

Pour en savoir plus sur notre travail, rejoindre la coalition, une demande d’interview, etc. contactez-nous via le formulaire suivant.

info@naparbelgium.org

  • Noir Twitter Icon